six + pierre-ancré taillard ensemble

Pierre-André Taillard, clarinette historique

Petra Csaplarova, violon I

Ildiko Sajgo, violon II

Martina Bischof, alto

Jonathan Pesek, violoncelle

Jacques Demierre, piano 

Isabelle, Duthoit, clarinette, voix 

Charlotte Hug, alto et voix

Urs Leimgruber, saxophones 

Thomas Lehn, analogue synthesizer 

Dorothea Schürch, voix et scie musicale

 

Festival Les Amplitudes, mai 2009

Comment écouter la musique du présent sans entendre simultanément celle du passé ? Comment écouter l’interprétation d’une œuvre écrite sans forcément la lire à travers le filtre de la pratique improvisatrice ? 

Comment rendre compte de ce champ sonore, de toutes ces connexions débordantes de sens qui nous éloignent des lignes droites des autoroutes de l’histoire pour nous rapprocher d’une compréhension plus circulaire, plus stratifiée, où les catégories traditionnelles se dissolvent au profit d’une réévaluation constante des relations sonores  à l’intérieur d’un art globalement acoustique?

Ecouter, éprouver une musique écrite, se confronter à elle, au travers de l’expérience instantanée de l’improvisation permet autant de réévaluer le lien improvisateur qui existe entre cette composition et le moment de sa réalisation que de ressentir encore plus concrètement la dimension formelle de son propre geste improvisateur dans la durée de la performance.

Car finalement notre écoute, l’écoute du 21ème siècle est fondamentalement une écoute multiple, une écoute où la géographie et l’histoire, l’espace et le temps se percutent, se téléscopent au sein même de notre propre construction sonore.

[Quintette pour clarinette et cordes en si bémol majeur, op. 34, de Carl Maria von Weber]