/unitile 

Direction artistique Foofwa d’Imobilité

Danseurs interprètes Anna-Marija Adomaityté, Marie

Barriol, Alexia Casciaro, Caroline de Cornière, Audrey Dionis,

Laura Gaillard, Chloé Granges, Alex Landa-Aguirreche, Footwa dit Mobilité,

Shelly Ohene-Nyako, Nathalie Ponlot

Compositeurs Jacques Demierre, Thierry Simonot

Jeu Jacques Demierre, épinette

Son Thierry Simonot

Costumes Aline Courvoisier

Lumière Davide Cornil

Assistante chorégraphique Caroline de Cornière

Assistante jeu et voix Nathalie Ponlot

Intervenants Vincent Barras, Irène Corboz-Hausammann,

Nunzia Tirelli, Franck Waille

Coordination Sylvia Amey, Patricia Buchet

/Unitile, disruption manifeste

Neopost Foofwa présente /Unitile, une création qui réunit sur scène onze danseuses et danseurs professionnel.le.s. Dernier volet d’une série de pièces où le chorégraphe Foofwa d’Imobilité explore la modernité dans l’histoire de la danse, /Unitile tente de réanimer certaines gestualités et corporalités apparues à l’ère de l’industrialisation. Dans /Unitile, les interprètes s’abandonnent parfois jusqu’à la transe, pour que ces gestualités, nouvelles en leur temps, retrouvent dans notre réalité, ici et maintenant, leur force originelle et disruptive.

Avec /Unitile, Foofwa d’Imobilité conclut une série de pièces initiées à partir de 2015, qui toutes remontent aux origines de la modernité dans l’histoire de la danse. Une modernité qui coïncide avec la révolution industrielle. A l’ère de la machine, le corps humain n’aura jamais été autant étudié, ausculté, cartographiéEn bref, appréhendé de manière clinique. Au XIXe siècle, de nouvelles corporalités, physicalités et gestualités apparaissent, en dehors même du champ de la danse, à travers les sciences et les arts. En témoigne notamment l’étude des maladies de l’âme comme l’hystérie et nombre d’autres pathologies, littéralement mises en scène au sein d’amphithéâtres, sous le prétexte de démonstrations scientifiques. La culture blanche et patriarcale butera longtemps sur ces corps troublants que sont celui de la femme, ou bien celui du Noir, assimilé aux instincts primaires quand il n’était pas cantonné au grotesque ou au divertissement. Malgré tout, dans le domaine des arts, Franz Liszt notamment ose rompre avec les clichés bourgeois et semble donner libre cours à son génie à travers spasmes et mouvements anormaux. Comme si, tout à coup, une profonde rupture de modèle sociétal invitait le corps à exister au-delà, et hors de soi.

 Confrontant les notions, ​a priori simples, d’utilité et d’inutilité, le chorégraphe replace au coeur de sa discipline les questions politiques et sociales, mais aussi les enjeux économiques inhérents à toute forme d’art. L’oxymore, ou l’union des contraires, tel que le préconisait Delsarte, se retrouve ainsi dans le processus de création. A la recherche d’un état de collusion intime, les onze danseuses et danseurs de la Compagnie Neopost Foofwa vont réinventer sous nos yeux leurs propres rituels, celui de l’immobilité et celui du mouvement. Et, si l’imprédictible opère, ​/Unitiledevrait provoquer une distorsion de l’espace et du temps. Cet espace-temps du XIXe siècle qui a vu naître ce que nous appelons désormais ​mo​dernité, celui à la fois singulier et collectif des interprètes à l’instant T où ils et elles sont en scène, ou encore celui qui sera donné en partage au public lors de chaque représentation. De cette matière noire sacrificielle, naîtra peut-être une autre réalité corporelle, à la fois gestuelle et poétique. La réalité possible d’un hyper-modernisme en devenir ?